Circuit : la Laponie en camping-car (10 jours, 500 km)

Camping-caristes, campeurs et randonneurs amoureux de la nature sauvage, âmes vagabondes, enfantines ou solitaires, bienvenue au beau milieu des grands espaces de la Laponie Finlandaise.

Là où les immenses espaces constituent la promesse d’une infinie liberté. Nous vous proposons ce circuit de 500 km de Rovaniemi, le pays du père noël à Utsjoki à la frontière norvégienne !

Un voyage d’une dizaine de jour, voire plus, si affinité ! Voici notre expérience et notre avis.

Recevez gratuitement tous nos bons plans pour voyager en camping-car !

La carte de notre road-trip en Laponie : de Rovaniemi à Utsjoki

Lapland au village du Père Noël

Et si on se perdait au bout du monde, au pays du soleil de minuit, des nuits polaires et des aurores boréales ? Des terres aux conditions extrêmes.

Et pourtant, nous sommes nombreux à éprouver l’envie de fouler à l’infini ces grands espaces, à la recherche du temps perdu…

De Rovaniemi au parc naturel sauvage de Pyhä-Luosto (130 km)

Nous avons suivi la route nationale 4, à partir de Rovaniemi. Le village du Père Noël, 60 000 habitants et touristique à souhait, fait le bonheur des enfants, mais pour tout vous dire on ne s’est guère attardé dans ce Disney land. Nous ce qu’on visait, c’était le grand saut dans l’imaginaire, les contrées lointaines.

La ligne imaginaire du cercle polaire arctique se situe à peine à 10 kilomètres au nord. Vous vous doutez bien qu’on a pas pu résister à l’envie de descendre de notre CC pour immortaliser ce passage vers cet « autre monde ».

Taïga, tourbières, toundra, le langage du grand nord

Les région abrite des espèces menacées : loup, grizzli, renard polaire, lynx, castor, glouton. Mais ils sont assez discrets, à moins que par hasard, l’un d’eux ne s’aventure prêt de votre camping-car

Nous n’en n’avons pas vu ! Alors on s’est consolés en prenant de la hauteur, accompagnés des mésangeais, oiseaux peu timides et emblématiques du parc.

Au sommet, la taïga et quelques tourbières décrivant des mandalas se déploie devant nous. Plus haut dans notre périple, les denses forêts boréales laisserons place aux paysages arides à la toundra..

On adore l’état d’esprit de cette région, qui offre tout ce que peut attendre un randonneur pour rendre son parcours des plus agréable. On trouve dans le parc des difficultés de randonnées variées, des abris réguliers avec places à feu, des toilettes sèches, des réserves de bois… Il faut remettre en ordre les lieux et recharger le bois avant de partir pour les marcheurs suivants. Tout le monde joue le jeu et cela marche !

Feux, bivouacs et campings en Laponie (jours 3-4)

Au retour d’une excursion, vous pourrez rejoindre un camping qui dispose des infrastructures adéquates.

La plupart sont ouverts de mai à septembre, mais vous pourrez aussi vous installer où bon vous semble, dans des aires de stationnement aménagées ou en pleine nature.

C’est un point à souligner. Alors que partout en Europe la législation se durcit pour les véhicules itinérants, la Finlande demeure l’un des rares pays à vous laisser vagabonder sans restriction.

Les habitants considèrent que disposer de la nature et circuler où l’on souhaite est un droit fondamental et inaliénable. C’est même inscrit dans la constitution ! 

 

Des rennes sur les routes

Cela dit, la règle implicite à laquelle personne ne déroge, est de laisser les lieux comme on les a trouvés. Ne pas stationner sur des terrains privés sans autorisation et dans les zones protégées explicitement signalées.

On a rarement vu en Europe une population aussi tolérante que respectueuse. Exemple sur les routes à 80km/h, vous remarquerez que les autres véhicules ne chercheront pas à vous dépasser à tout prix. Rien ne presse ! C’est même pour tout dire, un peu déroutant…

Mais lorsque l’on goûte aux hivers paralysés par la neige et que l’on tombe nez à nez avec un, deux, trois rennes sur sa route… alors on comprend toute l’âme et la philosophie à travers les pays. La nature demeure au-dessus de tout.

On a grandement apprécié cet état d’esprit. Quel plaisir de trouver des bivouacs et des spots où il est permis par loi de faire un feu pour se réchauffer ou pour cuisiner au ” barbecue “.

Sauna nus et plongeon dans l’eau du lac

Une pause d’une nuit (au moins) s’impose dans un camping pour profiter d’une séance de sauna (dans le plus simple appareil et non mixte : oui, on a testé tout nus ! ), sous peine de manquer un art de vivre typiquement finlandais !

Même si on le trouve dans les pays scandinaves, ainsi qu’en Russie, à l’origine, qu’on se le dise, le sauna est bien d’ici. Il provient de l’héritage des rites chamaniques de la civilisation autochtone. Les habitants nous ont fait découvrir avec plaisir leur passe-temps favori, alors qu’on ne parlais pas la langue !

Un conseil, ne refusez pas un plongeon dans le lac, entre plusieurs sessions. Ce serait mal vu !

On aurait pu quant à nous décider de nous poser ici pour l’éternité pour cueillir des baies, dont les forêt regorgent, pêcher et vivre avec comme seule compagnie le silence, mais nous avons poursuit notre route vers Tankaavara, autre terre légendaire de Laponie.

Visite de l’église Sodankylä entre Laponie et Carélie

 

La région étant proche de la ligne de défense allemande lors de la seconde guerre mondiale, on y aperçoit des bunkers abandonnés sur lequel la nature a immanquablement repris ses droits. La Carélie russe est toute proche.

On dépasse alors Sodankylä dont la particularité est d’abriter une authentique église de bois datant de 1689. Cet édifice, épargné par les intempéries, les incendies et les bombardements allemands, est imprégné de la mémoire et l’histoire de la région.

Elle vit les baptêmes des premiers Lapons convertis au christianisme et reçu probablement la visite des chercheurs d’or !

Route entre les villes de Sodankylä – Tankavaara (100 km)

Au fil des rivières

Les rives de la rivière Ivalojoki et Lemenjoki à une heure au nord de Sodankylä, firent en effet l’objet d’une exploitation intensive suite à la découverte de gisements d’or au 19e siècle et 20e siècle. Des prospecteurs venus d’Allemagne, de Russie et de Norvège principalement, gagnèrent les terres désertiques au-delà du cercle polaire arctique.

Trouver une pépite d’or lapon

La plus grosse pépite trouvée le fut en 1935 (393 grammes). Enfin, l’or Lapon a toujours la réputation d’être le plus pur au monde !

Et si les conditions climatiques ont eu raison de l’activité d’orpaillage au fil des siècles, il reste une poignée d’irréductibles, ayant fait le choix de vivre en ermites et que nous avons rencontré.

Ils côtoient une nouvelle génération d’aventuriers et de passionnés du monde entier qui pratiquent l’orpaillage dans les strictes techniques traditionnelles : à la bâtée

Inari, capitale des rennes et des Samis (jours 5-6)

Du village de Tankavaara à la ville d’Inari (100 km)

La légende veut qu’un vieux Sami, ait déduit d’après ses songes, la présence de cette richesse en terre laponne. Les Lapons », étaient les premiers habitants de cette région du grand nord.

Auparavant nomades, ces derniers indigènes d’Europe représentent 8000 personnes sur le territoire finlandais, désormais largement confondus avec l’ensemble de la population.

Les rennes en liberté que l’on peut observer au bord des routes, dans les forêts, dans les montagnes leur appartiennent. 

Otsamo, du haut des collines d’Inari (jour 7)

Situé en bordure de lac, Inari possède tous les attributs d’une petite bourgade touristique sobre, mais sympathique. Comme nous l’avons dit plus haut, les villes laponnes ne sont pas transcendantes, mais on peut s’y ravitailler et faire des achats.

Le coût de la vie dans les villes laponnes

En revanche on constate que la hausse des prix est presque proportionnelle à la montée vers le nord.

Un conseil si vous nous lisez, il faudra d’autre part être attentif pour ne pas ramener du « made in China » en pensant ramener un souvenir local… Ce serait vraiment dommage, vu l’étendue et la qualité de l’artisanat sami

Randonnée nature au soleil de minuit

De nouvelles escapades en pleine nature, nous attendent dans les environs. Nous partons à l’assaut des collines silencieuses .

La ville est en effet surplombée par le sommet Otsamo (418 mètres) à environ 10 kilomètres. Nous sommes donc partis en randonné admirer une vue panoramique sur le lac d’Inari et les doux reliefs lapons, bercé par le soleil de minuit.

Ce fut tellement grandiose, que nous n’avons regagné notre camping-car que le soir une fois la nuit tombée, éclairés à la lampe torches et la lune  !

Nuits polaires et aurores boréales : une expérience inoubliable (jours 8-9)

Nous sommes déjà bien au Nord. L’hiver, la température peut descendre au dessous des -40 degrés ! Le Kaamos, phénomène des nuits polaires, s’étend de mi-novembre à mi-janvier.

La période est idéale pour observer les aurores boréales (on a eu la chance d’en voir en Norvège). Mais sous cette latitude, il est possible d’observer ce phénomène aussi magique qu’imprévisible dès la mi-septembre et jusqu’à la mi-mars.

Cela évite les tracas de la neige et les températures seront donc nettement plus abordables pour vous camping-caristes ! 

Sur la route d’Inari – Utsjoki à la frontière norvégienne (125 km)

En poursuivant la route nationale 4, nous bifurquons sur les gorges de la Kevo. Cette réserve naturelle, également l’une des moins accessibles, renferme un canyon qui plonge jusqu’à 80 mètres de profondeurs !

Il existe des sentiers balisés pour explorer la zone. Si par bonheur vous tombez comme nous sur la saison de la Ruska, saison automnale ou la végétation prend des teintes flamboyantes, vous serez chanceux ! Par endroits, les paysages s’apparentent désormais davantage à des steppes : c’est la Toundra.

Les arbres ont rétréci de moitié, la faute aux longs et rudes hivers qui sévissent ici. Vous voici seuls au milieu de nulle part ! Bientôt les collines verdoyantes, au bord de la rivière Teno, vous aideront à surmonter les longs kilomètres aux milieux de ces immenses espaces. La vallée est classée paysage national.

Direction le Cap Nord en Norvège ? (jour 10)

Nous approchons alors de la bourgade la plus septentrional de Finlande : Utsjoki. Des maisons aux toits végétalisés sorties tout droit d’un roman de Tolkien se dressent au bord de la route.

Utsjoki est presque exclusivement peuplé de Samis, mais cela se remarque à peine. Le temps y semble suspendu, un peu comme ce pont blanc, sur la rivière Teno, qui fait le lien avec la Norvège.

Au point où vous en êtes, pourquoi ne pas pousser encore plus haut, jusqu’au cap Nord ? Et vous, êtes-vous déjà allés en camping-car en Laponie ? 

Découvrez tous nos circuits en Europe en camping-car !

Pauline & Simon

Recevez tous nos bons plans pour voyager en camping-car !


13 réponses sur “Circuit : la Laponie en camping-car (10 jours, 500 km)”

Bonjour et merci !
Je reprends votre circuit et lis avec envie et émotion car nous allons partir bientôt dans un voyage similaire mais dans le sens inverse 😁, et à 3, notre fille de 11 ans est du voyage, vivre cette aventure lui fera découvrir la “vraie vie” même si elle connait déjà la vie dans le CC nous ne somme jamais partis aussi longtemps… Donc merci pour vos partages cela me donne une “idée” des lieux et des obligations locales.
Si vous avez des recommandations particulières je suis preneuse même si le jeu est de découvrir 😅
Encore merci, peut être à un de ces jours sur les routes et “bon vent” …

Bonjour,
À quelle saison êtes-vous partis ? Comment se chauffer ?
J’aimerais aller en Finlande en octobre-novembre 2021 avec un camping car au GPL mais à part aller en camping et brancher un chauffage électrique, je n’ai pas trop de plan B :/
Avez-vous trouvé une solution ? Je ne peux pas partir plus tôt car été 2021, ce sera plutôt la Norvège 🙂
Merci et bons voyages pour 2021.
Celine

Bonjour,

Nous y étions mi-août, jusque septembre. Pour ce qui est du chauffage, nous chauffons aussi au GPL > https://youtu.be/NL64ah20KIY

Pas de souci particulier ni en Norvège ni en Écosse! on a trouvé ce qu’il fallait (attention à avoir les adaptateurs au Royaume uni).

À bientôt

Pauline et Simon

Merci de nous faire rêver avec les détails de votre voyage pendant cette période qui nous bloque à la maison mais le RDV est prit pour le prochain déconfinement.

Oui cela devient vraiment pénible cette période. Bon courage en attendant les prochaines escapades…

A bientôt,

Pauline et Simon

Personnellement je pense que j’aurais trop peur d’avoir un ennui mécanique avec mon van au milieu de nulle part 😀 mais ça vend du rêve 🙂

Cela nous est arrivé en Norvège 😀

Bonjour,
Je penserais à la Laponie pour mon prochain voyage en camping-car. Votre article donne envie de la visiter, surtout le parc national de Pyha-Luostö. Merci et bonne journée à vous.

Merci Jasmine, au plaisir

Pauline et Simon

Un grand bravo pour votre site qui encourage au voyage. Merci pour ces partages qui nous font découvrir des paysages magnifiques.

Merci Danielle pour votre commentaire ! 🙂 Avez-vous déjà visité la Finlande ? À bientôt pour d’autres Péripléties !

bonjour
très joli voyage ,je voudrai savoir comment vous vous êtes chauffer dans votre camping car

Bonjour, merci pour votre commentaire. Voici la réponse à votre question en vidéo ➡ https://youtu.be/NL64ah20KIY À bientôt. 👫🚐 Pauline & Simon 🌍📷

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.